Casablanca financièrement
La finance casablancaise, cataliseur d'initiatives

Le secteur bancaire 


Au niveau national, les opérateurs bancaires présents au Maroc ont réalisé un PNB global de 36 milliards de dirhams au titre de l'année 2011, en accroissement de 9% par rapport à 2010.

Au niveau des performances, le résultat net global du secteur est en forte progression depuis 2005.

Le processus d'intermédiation bancaire a été marqué en 2011 par l'amélioration du rythme de progression des dépôts collectés auprès de la clientèle.

Le secteur des assurances


A l'instar du secteur bancaire avec lequel il connaît une progression parallèle, le secteur des assurances va en effet connaître une vague d'alliances, de fusions et de restructurations. L'exercice 2012 démontre un bon dynamisme du secteur. C'est du moins ce que l'on peut relever du rapport annuel de la DAPS. Le marché a en effet totalisé en 2012 un montant de 26 milliards de dirhams de primes émises nettes d'annulation. Ce chiffre s'inscrit en hausse de 8,92% par rapport à l'exercice 2011. 8,78 milliards, tel est le montant cumulé par la branche vie et capitalisation qui a grimpé de 14,71% à fin 2012.


Le Marché des capitaux

D'abord intitulée « Office de compensation des valeurs mobilières », la Bourse de Casablanca voit le jour en 1929 afin de répondre aux besoins croissants en financement et à 'l'internationalisation de l'économie marocaine.

Le Marché des capitaux au Maroc est animé par 6 groupes d'acteurs principaux que sont la Bourse des Valeurs de Casablanca, le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières, le dépositaire central «Maroclear », les sociétés de bourse, les sociétés de gestion, les banques et les sociétés d'assurance et de réassurance qui représentent les principaux investisseurs institutionnels du marché.